Les casseroles de Fillon
<div><span style="font-size:18px;">Le Pénélopegate</span></div><div><br></div><div><span style="font-size:16px;">Des révélations du journal satirique <b><i>Le Canard Enchaîné</i></b> affirment que <b>Penelope Fillon</b>, épouse du candidat <b>LR</b> à l'élection présidentielle, aurait été <b>rémunérée</b> pendant 10 ans en tant qu'<b>assistante parlementaire</b> de son mari puis de son suppléant, ainsi que comme salariée du mensuel </span><i><span style="font-size:16px;"><b>La Revue des Deux Mondes </b></span></i><span style="font-size:16px;">sans avoir effectivement travaillé pour un montant total de <b>834 440€ brut</b>.</span></div><div><br></div><div><span style="font-size:16px;">Le parquet national financier a ouvert une information judiciaire pour <b>détournement de fonds publics</b>, <b>abus de biens sociaux</b>, <b>trafic d'influence</b> et <b>manquements</b> aux obligations de déclaration à la Haute autorité sur la <b>transparence de la vie publique</b>.</span></div><div><br></div>
<div><span style="font-size:18px;">Ses enfants au Sénat</span></div><div><br></div><div><span style="font-size:16px;">En plus de l'emploi supposé fictif de <b>son épouse</b>, François Fillon est également accusé d'avoir <b>engagé deux de ses enfants</b> comme <b>avocats </b>lorsqu'il siégeait au Sénat entre 2005 et 2007, alors que ceux-ci n'avaient pas encore <b>achevé leurs formations</b>. </span></div><div><br></div><div><span style="font-size:16px;">Cette affaire est également <b>instruite</b> par le <b>parquet national financier</b>.</span></div> photos.lci.fr
<div><span style="font-size:18px;">Sa société <i>2f Conseil</i></span></div><div><br></div><div><span style="font-size:16px;">Toujours selon <b><i>Le Canard Enchainé</i></b>, la société de l'ancien Premier ministre </span><i><span style="font-size:16px;"><b>2f Conseil </b></span></i><span style="font-size:16px;">lui aurait rapporté plus de <b>756.000</b> euros entre juin <b>2002 et décembre 2015</b>.</span></div><div><br></div><div><span style="font-size:16px;"><b>François Fillon</b> aurait fait enregistrer cette société quelques jours avant d'être <b>élu député de Paris</b>, alors qu'il est <b>interdit</b> aux parlementaires de se lancer dans des activités de conseil <b>durant leur mandat</b> pour éviter les <b>conflits d'intérêts</b>...</span></div><div><br></div>

This site uses cookies to deliver our services. By using our site, you acknowledge that you have read and understand our Terms of Service and Cookie Policy. Your use of ThingLink's Products and Services, is subject to these policies and terms.