La Renaissance prend forme d'abord en Italie. La prise de Constantinople par les Turcs en 1453 fournit à l'Europe des érudits humanistes qui pourront enseigner la lecture et la redécouverte de documents savants de l'Antiquité. fr.wikipedia.org Renaissance italienne — Wikipédia
Martin Luther rédige ses 95 thèses à la fois comme une critique et une réponse à l'Église catholique. Celles-ci fixeront les bases du protestantisme, notamment en ce qui à trait à l'interprétation de la Bible, les indulgences, les saints et la présence de Dieu dans l'eucharistie (la transsubstantiation). fr.wikipedia.org Mauvais titre — Wikipédia
En s'intéressant à l'Antiquité, on redécouvre l'architecture de l'époque et ses particularités. L'art gréco-romain, par exemple, avec ses colonnes, ses voûtes, ses frontons, etc. est une caractéristique de la Renaissance. www.mycuriosi.com
<div>Différents artistes de la Renaissance (auteurs, musiciens, etc.) réalisent de considérables œuvres inspirées de l'esprit humaniste. Rabelais, Shakespeare et Cervantès sont de ce nombre. Le renouvellement de la pensée et des arts aux 15e et 16e siècle est issu de l'étude des textes et des œuvres de l'Antiquité.</div>
<div>Philosophie</div><div><br></div><div>Puisque la philosophie revient à la mode à la Renaissance, on redécouvre et on relit les grands philosophes de l'Antiquité (et du Moyen Âge) comme Platon, Socrate, etc. afin de redécouvrir leurs idées, mais aussi de les pousser plus loin. L'humanisme s'inspire en grande partie des découvertes faites sur la philosophie antique.</div>
Les arts grecs et romains de l'Antiquité
<div>Au cours de la Renaissance, on remet en doute l’uni-dimensionnalité de la religion catholique. On se permet de s'intéresser aux autres religions et même aux anciennes. Celles de l'Antiquité, par exemple, plus axées sur la mythologie et polythéistes, intéressent les philosophes, les chercheurs et même les artistes. Des œuvres de l'époque représentent des dieux grecs et romains.</div> img.over-blog-kiwi.com
Alors que le corps humain, sa beauté autant que son fonctionnement, intéressait les artistes et les scientifiques de l'Antiquité, il devient un véritable centre d'intérêt avec la montée de l'humanisme. Les scientifiques veulent comprendre son fonctionnement, les artistes veulent le représenter dans toute sa perfection et sa beauté, le plus réalistement possible, alors que les philosophes veulent le perfectionner, dedans comme dehors, avec l'éducation et l'ensemble des bonnes manières. img.kazeo.com
<div>Les connaissances de l'Antiquité, infirmées ou confirmées à l'aide de la raison, de l'observation et de l'expérimentation propres à la pensée humaniste, viendront jeter les bases de la plupart des découvertes de la Renaissance. Il en est de même pour la littérature antique qui vient inspirer les poètes, les artistes et les écrivains de la Renaissance.</div>
L'humanisme L'humanisme est un courant de pensée qui fait son apparition avec la Renaissance. Comme son nom l'indique, il place l'homme comme centre d'intérêt. Sans évacuer Dieu de l'équation, il attribue néanmoins une large place à l'Homme comme être libre et responsable. l'Homme demeure une créature de Dieu, mais il intervient et est maître de son destin. fr.wikipedia.org Humanisme — Wikipédia
L&apos;homme de Vitruve, réalisé par Léonard de Vinci vers 1492, est un des symboles de l&apos;humanisme puisque l&apos;homme y est considéré comme le centre de l&apos;univers. Il met en valeur l&apos;étude des proportions de l&apos;homme. upload.wikimedia.org
Les historiens ne s'entendent pas sur le début de la Renaissance. Certains la font débuter vers 1400 en raison du renouveau dans l'art en Italie, en Espagne, en Allemagne et en Europe du Nord vers les 14e et 15e siècles, alors que d'autres identifie la chute de Constantinople en 1453 comme la coupure franche à partir d'où les manuscrits de l'Antiquité sont redécouverts par les érudits et où tout se met en place pour de profondes réformes dont celle de l'Église catholique. D'autres la font aussi débuter en 1492 avec la "découverte" de l'Amérique par Christophe Colomb.
La place de la connaissance est considérable à la Renaissance. La pensée humaniste consiste à être critique par rapport aux connaissances établies et à les remettre en doute par la raison, l'observation et l'expérimentation. Seule une idée prouvée par des méthodes rigoureuses peut être reçue et considérée véridique. Il est donc important d'être cultivé, mais encore plus de savoir distinguer les bonnes des mauvaises connaissances.
<div>La redécouverte de l'Antiquité, de ses connaissances, de son art, de sa philosophie et de sa mythologie, est une des caractéristiques de la Renaissance.</div>
<div>La pensée historique, avec sa méthode rigoureuse, mais aussi l'esprit critique et l'importance des connaissances, en quantité et de qualité, est une des caractéristiques de la Renaissance.</div>
<div>Les valeurs humanistes, autour desquelles s'articulent la plupart des découvertes, des réformes et des acteurs de la Renaissance, sont une caractéristique de cette période.</div>
Les critiques envers l&apos;Église catholique, croissantes en quantité et en intensité tout au long de la Renaissance, sont une caractéristique de la Renaissance.
<div>Le Renaissance s'inscrit dans un contexte bien particulier. Si ce n'était de la prospérité du 9e aux 13e siècle, des difficultés du 14e et du retour à la prospérité du 15e, il aurait pu en être tout autrement.</div>
Les réformes de l'Église catholique sont plus fréquentes et plus nombreuses que jamais pendant la Renaissance. Avec les créations des Églises réformées, qui se détachent de l'église catholique, elles constituent une caractéristique importante de la Renaissance.
<div>Le domaine des arts se transforme complètement lui aussi pendant la Renaissance. De nouvelles techniques, de nouveaux sujets et de nouveaux styles apparaissent. Ce renouveau dans le domaine des arts est une caractéristique de la Renaissance.</div>
<div>LÉGENDE :</div><div>- Les cibles représentent les concepts centraux du Programme de formation de l'École québécoise</div><div>- Les points rouges représentent les concepts spécifiques et particuliers définissant les concepts centraux</div><div>- Les points jaunes représentent des points d'information expliquant ou enrichissant ces concepts</div>
Si le début de la Renaissance est difficile à fixer dans le temps, sa fin l'est encore plus. Il n'y a pas vraiment de "fin" à la Renaissance, seulement le début d'une autre période. Certains font donc correspondre la fin de la Renaissance à la mort de personnages importants comme Henri IV, Giordano Bruno, Shakespeare ou Galilée, mais d'autres vont même jusqu'à faire terminer la Renaissance avec les premières révolutions ou l'industrialisation, ou même à avancer l'idée qu'elle n'est pas encore terminée !
La presse à imprimer vient littéralement transformer le cours des choses à la Renaissance. En perfectionnant un concept chinois vers 1753, Johannes Gutenberg vient permettre la diffusion du savoir à grande échelle, la démocratisation du savoir, la réduction du coût des livres et la diffusion de la Bible à travers le monde. Elle jette les bases des bouleversements intellectuels, politiques et religieux qui auront lieu dans les décennies suivantes. www.youtube.com YouTube
<div>Même si la volonté de rassembler tous les savoirs connus date du 4e millénaire avant J.-C., l'encyclopédie proprement dite n'apparaît qu'au courant du siècle des Lumières (18e siècle). Au cours de la Renaissance, des scientifiques commencent toutefois à "éplucher" un sujet particulier après l'autre, dans tous les domaines, et à tout vérifier, contre-vérifier et pousser plus loin toutes les connaissances établies jusqu'alors. Poussés par l'esprit critique et la soif de savoir, leurs travaux considérables seront éventuellement rassemblés pour créer les premières encyclopédies.</div> fr.wikipedia.org Mauvais titre — Wikipédia
Lorsqu'on lui demande de présenter les deux théories sur la place de la Terre dans l'univers, le scientifique humaniste Galilée prends plutôt position et s'inscrit comme un fervent défenseur du système de Copernic plaçant le soleil et non la Terre au centre de l'univers : l'héliocentrisme. Cette idée va à l'encontre de ce que prétend l'Église catholique, ce qui engendrera plusieurs conflits qui lui coûteront jusqu'à sa liberté. Seule son amitié avec le pape lui sauvera la vie. www.youtube.com Copernic a changé notre point de vue sur l'univers en réfutant le géocentrisme décrit dans « l'Almageste » de Ptolémée (IIe siècle Ap. J.-C.). Il proposa le ...
La diffusion du savoir obnubile les philosophes et les scientifiques à la Renaissance. Ils ne veulent pas que leurs découvertes disparaissent avec eux lorsqu'ils mourront, ce qui équivaudrait à avoir gaspiller leur vie. Ils diffusent donc leurs idées, dans des rencontres et dans les premières universités (qui apparaissent à partir du 11e siècle), parfois à leurs risques et péril. L'invention de l'encyclopédie leur facilitera grandement la vie. En plus de diffuser leur savoir facilement, ils pourront mettre la main, à moindre coût, sur les travaux de collègues.
Les méthodes et les techniques rigoureuses deviennent la seule façon d'assurer la véracité des anciens et des nouveaux savoirs à la Renaissance. On décide de recourir à la raison, à l'observation et même dans certains cas à l'expérimentation pour assurer à n'importe quel esprit critique la véracité de ces savoirs. Ils découvertes sont nombreuses dans tous les domaines, autant en astronomie qu'en botanique, en médecine qu'en armement, en navigation qu'en art ou en architecture qu'en géographie. La plupart des philosophes deviennent polyvalent, c'est-à-dire qu'ils s'intéressent à presque tous les domaines.
L'essor urbain et commercial (dernière réalité sociale de 1re secondaire) ayant mené au développement des villes et à l'établissement de routes commerciales entre elles permettra au savoir d'être diffusé d'une ville à l'autre et aux gens de confronter leurs idées.
Le développement des bourgs assurera la centralisation des savoirs et des érudits qui les exploitent.
La paix générale qui existe entre les 9e et 13e siècles est la grande responsable de la prospérité et du développement des villes.
Les innovations en agriculture permettent d'augmenter la production de nourriture et d'en accroître la variété, ce qui augmente la natalité et l'espérance de vie des gens.
Le 14e siècle est ponctué de guerres, de révoltes et de conflits meurtriers, notamment la guerre de Cent Ans.
Entre 1347 et 1352, la peste noire frappe les habitants des plusieurs grandes villes européennes. En 5 ans, elle fait 25 millions de victime, soit entre 30 et 50 % de la population européenne ! Il faut dire que l'hygiène dans des villes insalubres et trop peuplées est un lieu propice pour la diffusion de maladies infectieuses et contagieuses. Les rats sont les principaux vecteurs de maladies comme la peste. upload.wikimedia.org
En 1303, une grande sécheresse frappe l'Europe. Les récoltes n'ayant pas encore été dévastées par les guerres et les conflits le sont elles aussi. À titre d'exemple, en 1303, le Rhin, le Danube, la Loire et la Seine pouvait être traversés à pied !
Les récoltes devenant faméliques, la nourriture devient plus difficile d'accès et son prix augmente. Cette inflation des prix entraîne la famine et éventuellement la mort chez les moins fortunés.
En raison des guerres, des sécheresses, de la maladie et de la hausse des prix, la population européenne chute drastiquement au cours du 14e siècle.
<div>Étant donné que la population européenne descend drastiquement et que les récoltes se rétablissent, beaucoup de nourriture devient disponible pour les familles qui deviennent plus nombreuses.</div>
Vu que la population remonte et que les stocks de nourriture suffisent amplement, certaines personnes n'ont plus besoin de travailler dans les champs. Ils se spécialisent donc dans autre chose comme l'artisanat ou le commerce.
La quantité de produits disponibles s'accroît énormément avec l'arrivée de tous ces nouveaux artisans et de ces nouveaux marchands.
Étant donné qu'il y a plus d'offre que de demande, les prix diminuent ou se stabilisent. Il y a mêmes des surplus.
<div>Certaines personnes, comme la famille des Médicis, savent tirer profit des échanges commerciaux ou de l'artisanat. Ils s'enrichissement considérablement jusqu'à ne plus savoir quoi faire avec leur fortune. Ils deviennent très puissant et très influent auprès de la royauté et de l'Église.</div> www.legrandtour.fr
<div>Ayant des fonds presque infinis, ces familles riches investissent un peu partout, surtout dans le luxe. Ils deviennent des mécènes, c'est-à-dire des gens qui investissent dans l'art. Ils commanditent des peintres, des sculpteurs et des architectes afin qu'ils créent des œuvres qui démontreront leur puissance à l'Europe entière.</div>
<div>Même si on identifie l'Homme comme nouveau centre d'intérêt avec l'humanisme, Dieu et la religion catholique demeurent les thèmes de la majorité des œuvres d'artistes de la Renaissance, même chez les humanistes. C'est simplement que l'Homme prendra une place plus importante avec les années au détriment de la religion.</div> www.bjl-multimedia.fr
<div>De plus en plus central dans l'art de la Renaissance, l'Homme (et la femme) devient la muse de la plupart des artistes, surtout chez les humanistes. On le peint, on le sculpte, on chante ou on écrit sur lui et pour lui. Dieu n'est pas complètement évacué, au contraire, mais la représentation de l'Homme devient prépondérante. Cette représentation devient pas ailleurs de plus en plus réaliste, car les artistes veulent rendre justice à la perfection du corps humain en le représentant tout aussi parfaitement. La perspective, l'équivalent de la 3e dimension, fait son apparition dans la peinture.</div> farm9.staticflickr.com
<div>Le dôme de Florence exprime bien les innovations caractéristiques de la Renaissance. Avec cette oeuvre architecturale, Bruneschelli rend non seulement hommage à ses prédécesseurs, mais les surpassent.</div> www.holidayhomestuscany.com
<div>L'architecture de la Renaissance prend ses ses racines dans l'Antiquité. Plus axée sur l'esthétique et la symétrie que sur l'économie de ressources ou le côté pratique, elle adopte plusieurs techniques éprouvées pendant l'Antiquité qu'elle réactualise : le dôme, le fronton triangulaire (voir photo), la colonne grecque, etc.</div> upload.wikimedia.org
Le réalisme dans la peinture et la sculpture est assuré par la technique de la perspective et le respect des proportions. Les découvertes, autant en matière d’arithmétique qu'en anatomie, permettent à l'artiste de rendre ses œuvres quasi réelles en rendant à la perfection ce qu'il observe. Voici le lien ci-dessous pour en savoir plus sur les proportions du corps humain. villemin.gerard.free.fr
L'humanisme n'est pas qu'un simple courant de pensée : c'est littéralement un mode de vie qui vient avec une multitudes de valeurs. Un humaniste, comme le nom l'indique, place l'Homme au centre de tout. Même s'il est une créature de Dieu, l'Homme peut intervenir sur son destin. Il est capable, libre et responsable de ses actes. Il doit donc être cultivé, être beau, dedans comme dehors, c'est-à-dire avoir un beau corps, de bonnes manières et réfléchir intelligemment. Il doit aussi avoir beaucoup de connaissances, donc un esprit critique pour "trier" ces connaissances.
<div>En réaction à la Réforme, à la contestation de l'autorité du pape, à l'apparition d'Églises réformées partout en Europe et en raison des multiples critiques à son endroit, l'Église catholique décide de mettre de l'avant son propre mouvement : la Contre-Réforme. La Contre-Réforme à en quelque sorte comme but d'étouffer les nouveaux courants religieux qui apparaissent. Elle regroupe une multitude d'actions entreprises en ce sens, soit la remise sur pieds du Tribunal de l'Inquisition, la création de la compagnie de Jésus (Jésuites) et la tenue d'un concile (regroupement des dirigeants de l'Église pour statuer sur certains point) : le Concile de Trente.</div>
L'esprit critique est très important chez l'humaniste puisque ce dernier veut s'assurer que ce qu'il sait est la bonne chose et qu'on ne lui fait pas croire quelque chose de faux. Pour cette raison, l'humaniste est critique envers les dogmes de l'Église catholique, les théories scientifiques et la plupart de l'information en générale. Il questionne, remet en doute, amasse de l'information ailleurs puis se fait sa propre idée une fois bien informé. L'esprit critique cause beaucoup de problèmes à l'Église catholique puisque celle-ci demande d'avoir la foi, c'est-à-dire de croire peu importe ce qu'elle dit.
L'Église catholique, se sentant déjà menacée par la montée de l'esprit critique, éprouve encore plus de difficultés lorsque tout un chacun lui adresse des reproches. On remet en doute et on lui reproche son interprétation de la Bible, mais aussi son autorité, ses valeurs et l'ensemble du clergé.
Toutes les couches hiérarchiques de l'Église catholique sont victimes de reproches et de la critique au cours de la Renaissance. Autant le pape que ses cardinaux, les évêques que les simples prêtres de campagne sont jugés, questionnés et critiqués par l'ensemble des fidèles.
La principale critique qu'on adresse aux différents papes de la Renaissance est de vivre comme des princes. En effet, on leur reproche de rechercher par tous les moyens à s'enrichir et à obtenir plus de pouvoir, au lieu d'agir comme de dignes chefs de l'Église, c'est-à-dire comme des hommes pieux cherchant le bien-être de leurs fidèles et prêchant par l'exemple. Au lieu de cela, on dit d'eux qu'ils vivent dans l'orgueil, le luxe et l'immoralité, qu'ils ne cherchent que la guerre afin d'acquérir plus de richesse et de territoires ou de prendre des décisions afin de sauver leur honneur. Certains papes, comme Alexandre VI, sont mêmes accusés de tenir des orgies et avoir des enfants de plusieurs femmes.
Les papes et les cardinaux sont accusés de se prélasser dans le luxe, les richesses et l'opulence du Vatican, alors que la plupart des fidèles catholiques peinent à manger à leur faim dans les campagnes et les grandes villes. On les accuse donc de ne pas donner l'exemple et de ne pas respecter le vœu de pauvreté.
Aux évêques et aux prêtres des campagnes moins peuplées, on reproche l'incapacité de répondre aux besoins des fidèles en raison de leur manque d'éducation.
On reproche souvent aux cardinaux de n'être là que pour les avantages et les possibilités d'avancement, de ne pas se soucier des fidèles et de leurs besoins.
On reproche d'abord et avant tout, à toutes les couches de l'Église catholique, d'être corrompues par l'argent et de vendre des sacrements (mariage, baptême, etc.), à des gens qui n'y sont pas autorisés, ou de vendre le pardon (rémission des péchés, etc.) à ceux qui ne le méritent pas, en échange d'argent. La vente de sacrements s'appelle la simonie et celle du pardon les indulgences. L'Église catholique se rend riche à vendre le pardon aux gens fortunés et cela scandalise beaucoup de gens, surtout des humanistes, ce qui mènera éventuellement au schisme de l'Église catholique et à la naissance des Églises réformées comme les Églises luthérienne, calviniste et anglicane.
Le Tribunal de l'Inquisition, lorsqu'il est remis sur pieds dans la foulée de la Contre-Réforme, a pour but de juger les infidèles, c'est-à-dire les gens des autres religions que catholique, aussi appelés hérétiques ou huguenots (protestants). Le tribunal surveille leurs comportements, les publications qu'ils font paraître, etc. afin de s'assurer qu'ils n'attaquent pas la religion catholique.
Lors du Concile de Trente, les dirigeants de l'Église catholique prennent position sur une multitude d'enjeux qui suscitent des débats au sein des fidèles. Ils décident par exemple de conserver les indulgences (au grand dam de plusieurs fidèles qui décideront d'adhérer aux Églises réformées), les 7 sacrements et les bonnes oeuvres. Ils décident toutefois de condamner l'accumulation de richesses au sein du clergé, le mariage chez les hommes d'église et la contestation de l'autorité papale. En pratique, il en est toutefois tout autrement.
La compagnie de Jésus, constituée de ceux qu'on appelle les Jésuites, est crée dans la foulée de la Contre-Réforme. Elle a pour but l'évangélisation, c'est-à-dire l'éducation des infidèles, ceux qui ne sont pas membres de l'Église catholique, afin qu'ils deviennent catholiques. La Compagnie de Jésus jouera un grand rôle dans la conversion des Amérindiens, entre autres.
<div>L'Église catholique est la cible de toutes les Églises réformées à mesure que la Renaissance avance. Celles-ci lui demandent de mettre en place de profondes réformes afin de les ramener à elle, ce qu'elle ne fait pas réellement.</div>
Après avoir rompu avec l'Église catholique, Jean Calvin s'inspire de Martin Luther et propose des idées novatrices en plus de publier différents ouvrages qui déboucheront en de nombreuses controverses. La prédestination, par exemple, avance que l'Homme est prédestiné à accéder au paradis et que seul Dieu peut décider de la rédemption ou de la damnation de ses fidèles. Cette théorie entre donc en contradiction avec ce qu'avance l'église catholique qui vend des indulgences.
<div>Martin Luther est considéré comme le père du protestantisme et des Églises réformées. Il est le premier à défier ouvertement l'autorité papale en prônant que la Bible est la seule source légitime d'autorité, ce qui retire toute autorité au pape et à l'Église catholique, et que le salut de l'âme est un libre don de Dieu. Il rédigera ses 95 thèses, où il confirme la suprématie de la Bible, l'importance de la foi, la supercherie des indulgences et les abus du clergé, entre autres. Beaucoup d'autres s'inspireront de ses théories.</div>
Henri VIII, en tant que roi d'Angleterre, et devant le refus de l'Église catholique de lui accorder son divorce, décide de fonder sa propre Église réformée : l'Église anglicane. Adoptant la majorité des préceptes des Églises protestantes, elle devient en quelque sorte la religion officielle de l'Angleterre, d'où son nom.
Les arts Le renouveau dans le domaines des arts, aussi appelé Renaissance artistique, est une composante importante de la période de la Renaissance et est associée à la Renaissance italienne. Elle est synonyme d'un renouveau en littérature, dans les arts et dans les sciences. La Renaissance a donc ses propres artistes, ses propres thèmes et ses caractéristiques propres, aujourd'hui encore reconnus. De nos jours, quelques unes des plus grandes œuvres de l'histoire de l'humanité proviennent de cette époque : la Joconde de Léonard de Vinci, La Pietà de Michel-Ange, la naissance de Vénus de Botticelli, le dôme de Florence de Bruneschelli, etc. fr.wikipedia.org Art de la Renaissance — Wikipédia
Critique L'esprit critique, une valeur humaniste importante, a eu un rôle important à jouer dans la naissance des Églises réformées. Sans ce goût pour la remise en doute et la quête de la vérité dans tous les domaines, l'autorité et les dogmes de l'Église catholique n'auraient peut-être jamais été contestés. De plus, l'esprit critique a joué un rôle prépondérant dans le développement, le progrès et les inventions qui se sont succédé
Individu Avec la montée de l'humanisme, l'importance accordée à l'individu prend de l'ampleur. On le juge apte à intervenir sur son destin même s'il est une créature de Dieu. Pour cette raison, on accorde une plus grande importance à la personne et aux choix qu'elle fait.
La liberté<br /><br />La liberté est une valeur importante de l&apos;humanisme. C&apos;est d&apos;ailleurs sur cette même valeur que se baseront les différentes révolutions européennes des siècles suivant la Renaissance. On dit de l&apos;homme qu&apos;il est capable et libre de ses choix. C&apos;est une avancée importante qui amène une certaine contestation des autorités alors en place, à savoir la monarchie et l&apos;Église catholique. Si les humanistes ne s&apos;attaqueront à la monarchie qu&apos;à partir du 18e siècle, l&apos;Église catholique est victime de cette contestation et de ce goût de liberté.
La Réforme Les réformes sont aussi nombreuses que souhaitées pendant la Renaissance. Avec tout ce renouveau, les humanistes espèrent voir d'autres changements s'enclencher, et ce, dans tous les domaines. Les principales réformes sont celles des Églises catholique et réformées, mais aussi dans les arts et les sciences.
La responsabilité La responsabilité est un concept qui se transforme avec l'humanisme. En effet, le fait de reconnaître l'humain comme une personne capable agissant sur son destin rend celle-ci responsable de ses réussites et de ses échecs.
Les sciences Les découvertes nombreuses et successives viennent transformer le domaine des sciences à la Renaissance. Après un ralentissement du progrès au Moyen-Âge (par rapport à l'Antiquité et à la Renaissance), les inventions et les découvertes se succèdent à un rythme effréné tout au long de la Renaissance. Parmi celles-ci, la rotondité de la Terre, le Nouveau-Monde, la presse à imprimer, la méthode scientifique, les découvertes techniques en mer et dans l'espace, en agriculture, en botanique, en anatomie, en arithmétique, etc. Le savoir scientifique se transforme considérablement et rapidement. L'esprit critique vient aussi donner beaucoup de crédibilité aux découvertes et aux progrès faits, surtout devant les autorités.
La Renaissance La Renaissance commence avec la redécouverte de manuscrits de l'Antiquité après la chute de l'Empire romain d'Orient. Les savoirs, la philosophie et l'art de l'Antiquité viennent inspirer les philosophes humanistes, les scientifiques et les artistes. Ceux-ci multiplieront les découvertes, deviendront critique face aux savoirs et aux idées qui allaient de soi jusque-là, ce qui mènera à différentes réformes. Ces réformes sont caractéristiques de la Renaissance. Le courant humaniste prend vraiment ses racines à cette époque et influencera à peu près tout, même dans les siècles qui mèneront aux révolutions et à l'industrialisation.

Sign up

By signing up you agree to the Terms of Service.