Organisations criminelles françaises
Le banditisme corse:<br /><br />C&apos;est le représentant emblématique du crime organisé en France. &quot;Plusieurs clans criminels indépendants qui, sur fond de clientélisme et d&apos;enracinement local, s&apos;opposent dans une violence qu&apos;on ne retrouve pas sur le reste du territoire&quot;, écrit le Sirasco.<br /><br />Le banditisme corse est implanté sur l&apos;île mais aussi à Paris, en PACA, en Amérique du Sud et en Afrique. <br /><br />Entre 2008 et fin 2012, 80 règlements de compte ont été recensés, soit 20% du total des règlements de compte en France sur cette période.<br />
Le milieu affairiste parisien:<br /><br />Plusieurs dizaines d&apos;escrocs professionnels se sont spécialisés dans les infractions financières, les escroqueries importantes comme celle de la fraude à la taxe carbone ou encore récemment les faux ordres de virement. <br /><br />On ne compte qu&apos;une poignée de règlements de compte. Les malfrats préfèrent s&apos;associer ponctuellement avec le grand banditisme traditionnel, à qui ils reversent une partie des montages financiers.<br /><br />La fraude à la taxe carbone, qui fonctionnait sous la forme d&apos;un carrousel à la TVA, a par exemple causé un préjudice de plus d&apos;un milliard d&apos;euros à l&apos;Etat.<br />
Grand banditisme lillois et roubaisien: <br /><br />Encore active, cette organisation criminelle se caractérise par sa capacité à mener des actions de grande envergure comme des attaques de centres forts, de fourgonnettes ou de vols à main armée de bijouteries.<br />
Le milieu lyonnais: <br /><br />Ce grand banditisme dit traditionnel a disparu. Tout comme le milieu italiano-grenoblois et parisien, dit de la banlieue sud. Ils ont cédé leur place à des caïds de cités qui ont développé une économie souterraine autour du trafic de stupéfiants et des vols à main armée.<br />
Groupes criminels issus des communautés des gens du voyage:<br /><br />Ils sont implantés depuis longtemps en région parisienne et continuent de faire des trafics de stupéfiants, des attaques de bijouteries, de DAB, de transports de fret et de dépôts de métaux précieux. <br /><br />Ils n&apos;hésitent pas à séquestrer leurs victimes pour voler et s&apos;adonnent de temps en temps au faux monnayage. Ils sont organisés en clans et côtoient parfois le grand banditisme traditionnel.<br />
Milieu PACA: <br /><br />Ces organisations criminelles issues de Marseille, Toulon, Nice et Montpellier ont fait émerger des &quot;parrains&quot; et sont souvent associées à des malfaiteurs corses. <br /><br />Leurs spécialités? Le trafic de stupéfiants, le racket des établissements de nuit, l&apos;exploitation de machines à sous, les règlements de compte...<br /><br />Depuis le début des années 2000, elles doivent composer avec le nouveau banditisme des cités qui &quot;s&apos;est rapidement affranchi des codes traditionnels au point d&apos;être à l&apos;origine de la quasi totalité des règlements de comptes sur ce territoire (22 en 2013&quot;, souligne le Sirasco.<br />
Le &quot;néo-banditisme&quot; des cités: <br /><br />Ces organisations criminelles progressent au rythme de la disparition des figures emblématiques du milieu traditionnel français.<br /><br />Ce banditisme issu des cités sensibles n&apos;est pas uniquement présent à Paris. Il évolue en périphérie des villes et se construit essentiellement autour du trafic de cannabis. La cocaïne, plus lucrative prend une part de plus en plus importante dans ses activités.<br /><br />Ces bandes structurées en groupes criminels de plus en plus spécialisés &quot;représente désormais une menace élevée et permanente pour la sécurité intérieure&quot;, assure le Sirasco.<br /><br />Les acteurs de ce banditisme nouent des liens directs avec les pays producteurs de stupéfiants et où le blanchiment d&apos;argent peut être organisé.<br />