This image has been tagged as the property of Getty Images, and is not licensed for commercial Thinglink use. Please either host the image elsewhere or use a free account.
ITALIE Lega Nord (Ligue du Nord) Fondé en 1991 La Ligue du Nord est un parti de droite radicale qui milite pour une plus grande autonomie de l’Italie du Nord, une région qu’elle appelle la Padanie. Elle défend aussi une politique plus stricte en matière d’immigration. Elle a été mêlée à des polémiques suite à des remarques racistes. Lorsque Cécile Kyenge est devenue la première ministre noire en Italie, Mario Borghezio – un député de la Ligue du Nord – a qualifié le nouveau cabinet de gouvernement “bunga bunga”. Quant à Roberto Calderoli, sénateur du parti, il a comparé Cécile Kyenge à un orang-outan.
Ligue du Nord • Dirigeant : Matteo Salvini • Résultat lors de la dernière élection nationale (2013) : 4,1 % • Prévisions pour les élections européennes en 2014 (Pollwatch) : 5,3 %
Dansk Folkeparti • Dirigeant : Kristian Thulesen Dahl • Résultat lors de la dernière élection nationale (2011) : 12,3 % • Prévisions pour les élections européennes en 2014 (Pollwatch) : 25,4 %
DANEMARK Dansk Folkeparti (Parti populaire danois) Fondé en 1995 Le Parti populaire danois est l’héritier du Parti du progrès, un mouvement anti-fiscalité lancé dans les années 1970. Son discours est ouvertement hostile à l’immigration et aux musulmans. Contrairement à son prédécesseur, qui militait contre les impôts, le Parti populaire danois s’érige en défenseur de l’Etat-providence contre des taux élevés d’immigration. Entre 2001 et 2011, le parti a soutenu le gouvernement minoritaire de centre-droite et a réussi à faire adopter des règles plus strictes en matière d’immigration. Tout comme l’UKIP, il a pris ses distances vis-à-vis de la nouvelle alliance entre Marine Le Pen et Geert Wilders pour favoriser une coopération avec des partis plus modérés.
PAYS-BAS Partij voor de Vrijheid (Parti pour la liberté) Fondé en 2005 Le Parti pour la liberté (PVV) est un parti qui compte officiellement qu’un seul membre : son président Geert Wilders. Cet homme politique provocateur a d’abord orienté ses campagnes contre l’islam, faisant valoir que l’idéologie musulmane était incompatible avec les valeurs néerlandaises. Depuis quelques années, il s’en prend aussi à l’Union européenne. Lors d’élections locales en mars 2014, il a déclenché une nouvelle polémique et la démission de membres de son parti après avoir encouragé ses sympathisants à scander qu’ils voulaient moins de Marocains aux Pays-Bas.
BULGARIE Ataka (Attaque) Fondé en 2005 Le parti d’extrême-droite Ataka siège en Bulgarie, l’un des derniers pays à avoir rejoint l’UE. Fondé par Volen Siderov, ancien présentateur télé et journaliste, son discours est ultranationaliste. Il s’en prend aux Roms et à la minorité turque de Bulgarie, ainsi qu’aux institutions internationales comme l’UE, l’OTAN et le FMI. Suite au printemps arabe, les membres d’Ataka ont fustigé les immigrés syriens venus chercher refuge en Bulgarie. Actuellement, le parti soutient tacitement le gouvernement minoritaire, dirigé par le Parti socialiste bulgare.
BELGIQUE Vlaams Belang (Intérêt flamand) Fondé en 2004 Vlaams Belang est une nouvelle incarnation du Vlaams Blok, un parti de droite radicale interdit en 2004 pour son discours raciste. Vlaams Belang milite pour l’indépendance de la Flandre, ainsi que pour des questions chères à la droite radicale, comme l’immigration et l’Islam. Ce parti est en difficultés depuis quelques années en raison de l’avènement de l’Alliance néo-flamande [N-VA], un parti plus modéré qui est également favorable à une plus grande autonomie de la Flandre.
GRECE Chrysí Avgí (Aube dorée) Fondé en 1983 Aube dorée est un parti néonazi d’extrême-droite qui a énormément gagné en popularité après le début de la crise financière grecque. Des membres d’Aube dorée ont été arrêtés après avoir perpétré des attaques violentes contre des immigrés. Le président du parti est actuellement en prison pour son rôle dans une organisation criminelle. Lors d’un incident violent qui a marqué les esprits, le porte-parole du parti, Ilias Kasidiaris, a giflé trois fois la député communiste Liana Kanelli lors d’un débat télévisé qui était diffusé en direct.
ALLEMAGNE Alternative für Deutschland (Alternative pour l’Allemagne) Fondé en 2013 Le tout nouveau parti Alternative für Deutschland (AfD) est qualifié en Allemagne de “parti des professeurs” car il compte une majorité de macro-économistes. Son principal cheval de bataille est l’opposition à l’euro et au Mécanisme européen de stabilité. Ces derniers mois, le parti a toutefois vécu plusieurs ruptures : certains militent pour que l’AfD soit le champion du libéralisme, pendant que d’autres luttent en faveur d’un discours nationaliste, populiste et eurosceptique. Lors d’une conférence organisée en mars afin d’élaborer son manifeste, certains membres ont choisi de s’opposer à l’accord de libre-échange entre l’UE et les Etats-Unis, un vote contraire à la consigne des dirigeants.
FINLANDE Perussuomalaiset (Parti des Finlandais) Fondé en 1995 Le Parti des Finlandais (anciennement Vrais Finlandais) est issu du Parti rural de Finlande. Populiste et eurosceptique, il a réalisé sa première grande percée lors des élections de 2011 en s’opposant aux plans de sauvetage de la zone euro, un épisode qui a été surnommé le “big bang”. Depuis ce scrutin, il a maintenu son opposition au gouvernement de coalition et il continue de militer contre l’UE. Certains députés du parti sont également membres de Suomen Sisu, un groupe radical qui se décrit comme “un adversaire de l’immigration” et qui s’oppose au multiculturalisme.
FRANCE Front national Fondé en 1972 Fondé par Jean-Marie Le Pen, le Front national est l’un des partis de droite radicale les plus connus. Traditionnellement, il s’attache à des questions comme l’immigration et la sécurité. Jean-Marie Le Pen est célèbre pour ses remarques déplacées sur l’Holocauste, affirmant à plusieurs reprises que les chambres à gaz étaient un “détail” de la Seconde Guerre mondiale. Sa fille, Marine Le Pen, a pris la tête du parti en 2011 et elle s’est lancée dans un processus de dédiabolisation afin de ne plus être associée à l’extrémisme et à l’antisémitisme. Elle a recentré l’ordre du jour de son parti en s’insurgeant contre les grandes entreprises et les élites politiques, mais aussi en faisant la promotion de l’euroscepticisme et du protectionnisme.
AUTRICHE Freiheitliche Partei Österreichs (Parti autrichien de la liberté) Fondé en 1956 Le Parti autrichien de la liberté (FPÖ), anciennement dirigé par le charismatique Jörg Haider, est l’un des plus anciens partis européens de droite radicale. Il se qualifie de parti patriotique et milite pour des politiques restrictives vis-à-vis de l’immigration et de l’islam. Le FPÖ est entré au gouvernement autrichien en 2000 dans le cadre d’une coalition, mais a rapidement retiré son soutien suite à de profondes divisions au sein du parti. Depuis, il a regagné du terrain sous la direction de Heinz-Christian Strache, qui fait appel au rap pour communiquer les messages du parti aux jeunes Autrichiens.
SLOVAQUIE Slovenská Národná Strana (Parti national slovaque) Fondé en 1990 Le Parti national slovaque (SNS) était parmi les premiers partisans de l’indépendance slovaque dans les années 1990. Depuis, il a remporté des voix en alimentant les craintes sur la minorité hongroise de Slovaquie, que les membres du SNS qualifient de “cinquième colonne”. Il est également célèbre pour son opposition aux Roms. “J’aimerais que tous les gitans se réclament de l’ethnie hongroise et qu’ils traversent le Danube, a déclaré l’ancien leader du parti, Ján Slota, pour qu’on soit débarrassé du problème des gitans et des Hongrois d’un seul coup.”
HONGRIE Jobbik (Mouvement pour une meilleure Hongrie) Fondé en 2003 Le Jobbik est un parti hongrois d’extrême droite qui entretient des liens avec des groupes paramilitaires. Il promeut le nationalisme et l’étatisme, et il associe des attaques contre la corruption politique et à un discours anti-Roms. Il a également été accusé d’antisémitisme. A l’approche des élections législatives, en avril dernier, il a organisé un meeting provocateur dans une ancienne synagogue. Enfin, il s’est récemment exprimé en faveur d’une nouvelle statue de Miklós Horthy, le dirigeant hongrois qui a conduit son pays à conclure une alliance avec l’Allemagne nazie.
ROYAUME-UNI United Kingdom Independence Party (Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni) Fondé en 1993 Le Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni (UKIP) a été créé par l’universitaire Alan Sked suite à la ratification du traité de Maastricht. Au départ, l’objectif était uniquement de s’opposer à l’UE, mais le discours du parti a été élargi ces dernières années pour inclure des attaques contre la politique en matière d’immigration et l’élite politique. Le soutien dont bénéficie l’UKIP a énormément augmenté depuis 2012 et selon les sondages il devrait remporter une majorité de voix aux élections européennes. Malgré les propositions de Geert Wilders et Marine Le Pen, il a refusé de rejoindre l’alliance du Front national.
SUEDE Sverigedemokraterna (Démocrates suédois) Fondé en 1988 Au début, les Démocrates suédois étaient un parti extrémiste entretenant des liens avec les néonazis. Ces dernières années, ils ont tenté de modérer leur approche et de polir leur image en se tournant vers des questions comme l’immigration, la criminalité et la prise en charge des personnes âgées. Malgré leurs efforts pour réformer le parti, ils sont poursuivis par des accusations de racisme. Lors d’un scandale en 2012, le journal suédois Expressen a révélé des images montrant des membres du parti proférer des insultes racistes et parcourir Stockholm en brandissant des barres d’échafaudages.
Droite populiste : ces partis sont connus pour leur euroscepticisme, leur opposition aux élites et un penchant pour les politiques vigoureuses en matière d’immigration, mais ils sont plus proches des partis traditionnels que de l’extrême droite et de la droite radicale.
Parti des Finlandais • Dirigeant : Timo Soini • Résultat lors de la dernière élection nationale (2011) : 19,1 % • Prévisions pour les élections européennes en 2014 (Pollwatch) : 17,6 %
Partij van de Vrijheid • Dirigeant : Geert Wilders • Résultat lors de la dernière élection nationale (2012) : 10,1 % • Prévisions pour les élections européennes en 2014 (Pollwatch) : 16,5 %
Ataka • Dirigeant : Volen Siderov • Résultat lors de la dernière élection nationale (2013) : 7,3 % • Prévisions pour les élections européennes en 2014 (Pollwatch) : 4,2 %
Vlaams Belang • Dirigeant : Gerolf Annemans • Résultat lors de la dernière élection nationale (2010) : 7,8 % • Prévisions pour les élections européennes en 2014 (Pollwatch) : 6,4 %
Aube Dorée • Dirigeant : Nikos Michaloliakos • Résultat lors de la dernière élection nationale (2012) : 6,9 % • Prévisions pour les élections européennes en 2014 (Pollwatch) : 7,4 %
Alternative für Deutschland • Dirigeant : Bernd Lucke • Résultat lors de la dernière élection nationale (2013) : 4,7 % • Prévisions pour les élections européennes en 2014 (Pollwatch) : 6,3 %
Front National • Dirigeante : Marine Le Pen • Résultat lors de la dernière élection nationale (2012) : 13,61 % ( premier tour de l’élection présidentielle.) • Prévisions pour les élections européennes en 2014 (Pollwatch) : 23,5 %
Freiheitliche Partei Österreichs • Dirigeant : Heinz-Christian Strache •Résultat lors de la dernière élection nationale (2013) : 20,6 % • Prévisions pour les élections européennes en 2014 (Pollwatch) : 19 %
Slovenská Národná Strana • Dirigeant : Andrej Danko • Résultat lors de la dernière élection nationale (2012) : 4,6 % • Prévisions pour les élections européennes en 2014 (Pollwatch) : 6,7 %
Jobbik • Dirigeant : Gábor Vona • Résultat lors de la dernière élection nationale (2014) : 20,5 % • Prévisions pour les élections européennes en 2014 (Pollwatch) : 22,2 %
UKIP • Dirigeant : Nigel Farage • Résultat lors de la dernière élection nationale (2010) : 3,1 % • Prévisions pour les élections européennes en 2014 (Pollwatch) : 31,9 %
Sverigedemokraterna • Dirigeant : Jimmie Åkesson • Résultat lors de la dernière élection nationale (2010) : 5,7 % • Prévisions pour les élections européennes en 2014 (Pollwatch) : 4,1 %
Extrême droite radicale : ces partis ont souvent des tendances antisémites et racistes, et ils sont parfois associés à des violences. Certains d’entre eux font appel aux idéaux et au symbolisme du nazisme.
Extrême droite : si ces partis s’opposent fortement à l’immigration et souvent à l’islam, ils refusent toute accusation de racisme et rejettent l’antisémitisme.

Sign up

By signing up you agree to the Terms of Service.